Les Fonds Marins de Jávea – Scuba Xàbia (Jávea)

Fondos Marinos

Les fonds marins de Jávea sont un reflet fidèle de la topographie variée de la côte comprar-ed.com/viagra.html (falaises, îles, récifs, plages, criques). Ceci, couplé avec la haute qualité et la transparence de ses eaux, font de cette enclave méditerranéenne un excellent endroit pour la plongée en apnée et avec bouteille.

Communautés fonds rocheux

Les fonds rocheux sont les plus beau cadre naturel en raison de l’évolution des profils de sa topographie et sont entièrement recouverts par des organismes avec des formes et des couleurs de sessiles ou animaux fixes étranges. Par conséquent, étant le calcaire et le grès les sédiments prédominant dans les roches de Jávea, il existe une grande variété d’habitats (dalles, fissures, des blocs, des surplombs, des murs verticaux, grottes…) où les communautés de différents organismes sont mis en œuvre selon la lumière, l’hydrodynamique et la sédimentation avec ses organismes partenaires.

Avec un simple masque, tuba et palmes, et sans trop d’effort en apnée, nous pouvons profiter de la diversité des fonds qui nous donne la côte de Jávea entre 0 et 2 m de profondeur. Ici, nous trouvons les ‘forêts de varech’ (Cystoseira, Sargassum, Dictyota) sur des surfaces horizontales avec une couleur dominante jaune-brun; et l’algue verte (Acetabularia) pendant les mois les plus chauds. Parmi eux, nous observons des oursins (Arbacia, Paracentrotus) et les éponges de couleur crème et noir (Ircinia, Sarcotragus). Une grande variété de poissons nous observe, y compris la brème (sargo, vedriada), labres (fadri, grives), mérous (vache, simples), gobies, blennies, rouget, llobarros ou loup de mer et noir ‘castagnettes’ (Chromis Chromis).

Sur les murs verticaux, les fissures et les surplombs avec moins d’éclairage, les algues dominante sont rouges (Corallina, Peysonnelia) et vertes (Flavellia, Halimeda), et les éponges changent leurs couleurs à blanches, rouges et jaunes. Parmi les poissons, le jarret et le roitelet sont présents.

Plongeant avec bouteille, ces paysages continuent jusqu’à une profondeur d’environ 18m, où les algues brunes photophiles cédent la place à l’sciaphile vert et rouge, en raison de l’absorption de lumière par l’eau. Les animaux fixes sont de plus en plus fréquentes, en particulier les éponges avec sa couleur variée (rouge, jaune, brun, noir) et gorgones blanches (Eunicella singularis).

Parmi les espèces sauvages mobile, on peut trouvé l’oursin violet (Sphaerechinus), l’étoile de mer rouge (Echinaster) et l’étoile commune (Marthasterias).

En outre, et en faveur des grottes, de crevasses et surplombs, nous trouvons la communauté «coralligène», avec la prédominance des animaux fixes et les algues calcaires (Lithophyllum, Mesophyllum). Mis à part les éponges, on trouve aussi les anémones colonial jaune, les madrépores (Madracis, Polycyathus), bryozoaires le ‘faux corail’ (Myriapora), la ‘dentelle Venus’ (Reteporella), et l’ascidie rouge (Halocynthia).

Dans les zones les plus sombres, les algues disparaissent, laissant place à la communauté des grottes et avec une lampe de poche, nous trouvons une grande variété d’éponges multicolores et bryozoaires madrépores.

La communauté «coralligène» devient dominante sur les surfaces horizontales de la profondeur de 30m, avec les éponges jaunes (Axinella), orange (Agelas), rouge (Crambe) et violet (Petrosia). Les gorgones sont également courantes, y compris le blanc (Eunicella), orange (Leptogorgia) et jaune (Paramuricea), avec anémone coloniale jaune; de ramure bryozoaires (Smittina, Porella), ainsi que le faux corail et la ‘dentelle de Vénus’ et le rouge ascidie. Parmi les espèces sauvages mobile, nous pouvons observer de grandes crustacés comme le homard, la grande cigale (Scyllarides) et les petites cigales de mer (Scyllarus); l’oursin violet et l’étoile rouge; et mettre en évidence l’abondance de belles limaces de mer ou nudibranches.

Parmi les poissons, nous pouvons trouver la Dentex (Dentex), le vivaneau (Pagrus), le Serranus ondelettes, mostelle (Phycis Phycis), les Anthias Anthias, mérous, murènes, anguilles congre, etc.

Communautés de fonds mous ou mobiles

Les fonds mous, ainsi appelés parce qu’ils sont constitués de sédiments (cailloux, gravier, de sable ou de boue) ont au premier coup d’œil l’apparence monotone et pauvre (ils sont connus comme des «déserts marins»), à première vue, il y a peu d’espèces vivantes sur les sédiments, la faune prédominante étant enterrés. Cependant, entre 0 et 25m, où la lumière vient avec une intensité suffisante, on trouve  l’algue verte (Caulerpa prolifera), ou des plantes marines (avec des fleurs et des fruits), connu sous le nom de Posidonia et Cymodocea noueuse formant une prairie ou un gazon vert.

Ces fonds mous dominés par les plantes marines renforcent le substrat et créent un habitat caractéristique où de nombreuses espèces trouvent refuge, de la nourriture et/ou de la zone agricole (par exemple poissons, crustacés, céphalopodes). Parmi eux, la Posidonia, où nous pouvons observer deux couches différentes: foliaires 1), mayflies espèces photophiles vivant dans les feuilles; et 2) rhizomes, avec des espèces propres de plus de substrats à vie longue et rocailleux.

Il convient de noter que la ‘Nacra’ (Pinna nobilis), un des plus grands bivalves de la planète et situé dans la prairie de Posidonia.

Rappelez-vous, que vous êtes un visiteur privilégié à ce monde sous-marin merveilleux et fragile, suivez le décalogue responsable du plongeur, portez toujours une bouée de marquage si vous plongez en apnée; et éviter de jeter l’ancre sur la Posidonia.

Respecter ce monde délicat et fragile en sorte que les générations futures puissent continuer à profiter comme vous le faites maintenant.